Cours « Epistémologie et formes de la rationalité » – La philosophie des sciences aujourd’hui (12 séances)


Curves and straight lines | Curvas y rectasLe cours s’attachera à décrire l’état de la réflexion contemporaine sur les savoirs. Après avoir présenté un panorama de la philosophie et de l’épistémologie contemporaines, on s’attachera à examiner l’œuvre de Thomas Kuhn publiée en 1962 : La structure des révolutions scientifiques (on verra pourquoi cette oeuvre présente un caractère central dans la réflexion contemporaine sur les savoirs). Ce texte remet notamment au goût du jour le terme de « paradigme », d’ascendance platonicienne, dans un sens pourtant diamétralement opposé aux conceptions de Platon. Par ce retournement des conceptions platoniciennes, le texte de Kuhn a ouvert l’épistémologie à des formes de rationalité qui, jusque là, semblaient lui être étrangères. En effet, c’est toute la question du relativisme qui s’est trouvée remise en chantier à la suite des travaux de Kuhn dans un nouveau contexte : celui de la philosophie des sciences et de l’épistémologie. Ces travaux s’inscrivent dans une tradition de pensée dont on suivra en détail la naissance et le développement : « l’histoire des idées ». Elle est, avec la phénoménologie et la philosophie analytique, une des trois grandes tendances de la philosophie contemporaine. On peut relier son apparition à l’oeuvre d’un penseur peu connu en France : Arthur Lovejoy (1873-1962). Mais l’un de ses précurseurs les plus influents est sans doute Frédéric Nietzsche (1844-1900) dont l’oeuvre interroge, de façon critique, les sciences de son temps et plus spécialement les sciences de la vie. Le cours se poursuivra ainsi par l’analyse de cette oeuvre novatrice. On s’attachera ensuite à suivre quelques-unes des problématiques contemporaines de l’éthique en montrant toute l’importance qu’y prend la question du relativisme. Pour finir, on montrera le rôle que peut avoir la fiction littéraire et romanesque dans l’investigation de la nature et des conséquences concrètes du relativisme.

Comments are closed.