Cours « Philosophie des sciences de la nature » – La science des sentiments humains (12 séances)


5302758089_bd457cf43b_zLes sentiments humains sont au cœur de la réflexion philosophique depuis l’antiquité. Ils sont, en effet, à l’origine de tous les comportements de l’homme. A ce titre, ils sont déterminants tant pour la psychologie que pour la politique ou l’éthique ou encore dans certains secteurs de la théorie économique. Cependant, ils sont longtemps restés étrangers à l’investigation scientifique. Mais depuis une vingtaines d’années de nombreux discours scientifiques portants sur les sentiments humains ont été développés. Dans ce cours, on présentera un panorama de ces discours souvent regroupés sous l’intitulé général de « sciences de l’émotion » (science of emotion). On montrera ainsi que, de la biologie évolutionniste à la psychiatrie, un ensemble cohérent de réponses ont été apportées aux questions suivantes : qu’est-ce qu’un sentiment ? Comment un sentiment est-il produit ? Par quoi est-il influencé ? Quels sont les rapports entre un sentiment éprouvé par un individu et un comportement manifesté par ce même individu ? Quels sont les rapports entre comportement individuel et comportement social ? Quels genres de conséquences peuvent suivre de l’altération (augmentation ou diminution) des capacités à éprouver un sentiment chez un individu ? Ces réponses seront rapprochées de celles proposées par des philosophes sur les mêmes questions. On s’attachera particulièrement à retracer l’évolution de certaines grandes interrogations philosophiques comme la part de la nature et de la culture dans les sentiments éprouvés par un individu. On suivra de près l’exemple du sentiment de colère qui a fait l’objet, dans la culture occidentale, d’une attention particulière (voir, sur ce point, le livre de Peter Sloterdijk, Colère et temps, Maren-Sell, 2007). On évaluera la portée politique de ces analyses en examinant la notion d’esprit animal (animal spirit) développée par John Maynard Keynes pour marquer le territoire conceptuel qui devrait, selon lui, être réservé à l’émotion dans la théorie économique. Les étudiants sont invités à lire attentivement le livre de Jacques Hochmann, Une histoire de l’empathie (Odile Jacob, 2011) qui servira de point de départ à l’ensemble des réflexions présentées dans ce cours.

Comments are closed.